Ce n'est pas toi que j'attendaisCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé nous touche profondément avec ce titre et ce roman graphique émouvant : Ce n’est pas toi que j’attendais.

L’arrivée d’un enfant différent dans une famille unie et sympathique ?

Pas facile comme sujet, la volonté de partager n’est certainement pas évidente au départ, et puis comment transcrire la douleur et la tristesse sans sombrer dans le pathos ?

Tout simplement en étant sincère et tendre. En jouant la carte de l’honnêteté non seulement avec le lecteur mais aussi avec lui-même. Ou vice-versa. Et surtout l’humour toujours ! les larmes oui mais le rire est un bouclier indispensable. Et l’amour de ce couple plus fort que tout.

Fabien Toulmé

Je me suis longuement demandé ce qui me bouleversait tant dans cet album. Bien sûr l’accueil d’un enfant différent, les souvenirs d’hôpital et de combat pour la vie, la ballet des blouses blanches épuisant, l’impuissance mais la foi jamais perdue, et surtout surtout, la conviction qu’au final tout sera mieux avec évidence, même sans savoir quand…

Que l’injustice et la fatalité ne sont pas des prisons qui vont nous enfermer pour la vie.

Qu’un message ou qu’une voie sont aussi là. Et que s’il est impossible de les voir ou de les ressentir c’est peut-être qu’il faut changer soi-même de chemin ou du moins son angle de vision.

Ce n'est pas toi que j'attendaisFabien Toulmé évoque la croyance amérindienne, également partagée dans « Le prophète » de Khalil Gibran, selon laquelle ce sont nos enfants qui nous choisissent.

Sans jamais prendre position, il évoque simplement sa vie sans fausse pudeur et avec un honnêteté et une naïveté confondantes.

Un sens de la narration puissant, de l’humour, de la sincérité, beaucoup d’émotion et des dessins sobres, précis et percutants…

Et cet album parle bien au-delà du handicap, j’y ai même trouvé une acceptation de la paternité au sens large. Avec ses doutes, ses angoisses, son quotidien parfois difficile et au final : ses petits bonheurs et la conviction que cela nous fait avancer profondément.

Vous l’avez compris j’ai été très touché et bouleversé par ce roman graphique. Puis j’ai eu envie de partager avec vous cette pépite. Lisez « Ce n’est pas toi que j’attendais ».

Et plutôt que d’en parler avec mes mots j’ai posé mes questions à l’auteur qui a eu la gentillesse de répondre :

Fabien Toulmé pensez-vous avoir été intuitif pendant la grossesse de votre femme ?

Non je ne pense pas, je suis beaucoup trop cartésien pour ça 🙂 Je pense simplement qu’il s’agit d’un hasard. Il me semble que pour tout le monde il existe des craintes, des peurs quand nous attendons un enfant. Elles dépendent sans doute de nos expériences passées. Dans mon cas le fait de passer en rentrant de l’école devant un institut et voir des enfants handicapés qui me faisaient peur a très certainement influé sur la façon dont j’ai appréhendé l’arrivée de Julia. La trisomie 21 était donc sans doute la problématique qui m’avait le plus marqué étant enfant et c’est donc à celle-ci que j’ai pensé pendant la grossesse qui a précédé la naissance de Julia.

Votre confiance, ébranlée, envers le personnel médical, et votre colère, sont-elles passées après l’opération sans encombres du cœur de Julia ?

Comme pour toute profession il existe sans doute des bons et des moins bons médecin. je n’ai jamais vraiment cessé d’avoir confiance dans les médecins ou la médecine, et la colère que j’ai pu ressentir correspondait à l’état d’esprit du moment. La médecine est une discipline scientifique pratiquée par des humains et elle est donc par essence faillible. Être en colère aujourd’hui contre le corps médical reviendrait à mon sens à regretter que Julia soit là aujourd’hui ce qui n’est pas le cas puisque je suis extrêmement heureux de sa naissance et de la voir grandir dans notre famille. Je me dis simplement que le destin et la destinée d’une famille, d’une personne tiennent finalement à peu de choses comme par exemple le fait qu’un échographiste n’ai pas su distinguer une ouverture entre les deux ventricules du cœur malgré des machines de plus en plus perfectionnées.

Aviez-vous déjà travaillé sur vos émotions avant l’arrivée de votre seconde fille ou est-ce elle qui vous a appris cela ?

Non pas spécialement. Je ne suis pas tellement sûr d’avoir compris le sens de cette question:)

Les étapes dans votre relation avec Julia sont-elles claires et précises avec le recul ? (ignorance voire rejet, puis connaissance, et enfin bonheur-acceptation)

Disons qu’après la lecture du livre on peut synthétiser les évolutions dans notre relation par étape. Si cela correspond plus ou moins à la réalité dans les faits cette évolution est beaucoup plus subtile avec des avancées, des progressions puis des reculs, des questionnements des doutes des certitudes… bref la vie dans qu’elle a de beau et de plus difficile.

Pensez-vous que « le petit être fragile et différent » qui est arrivé a révélé l’homme que vous êtes ?

Il l’a surtout rendu moins ignorant et plus ouvert sur beaucoup de choses, en particulier sur la problématique de la différence et du handicap.

Avez-vous le sentiment d’avoir écrit et dessiné un livre sur l’acceptation de la paternité, au-delà de l’acceptation du handicap ?

À mon sens le propos du livre est assez universel et dépasse la question de l’acceptation du handicap. Il s’agit du cheminement que doit faire tout un chacun dans la connaissance et l’acceptation d’un événement inattendu (l’arrivé d’un enfant handicapé ou non, le décès d’un proche…). Il s’agit je pense d’une des raisons du succès du livre. Le fait que les lecteurs se soient retrouvés dans le cheminement de ce père.

Comment vivez-vous tous les retours émus des parents que votre livre a bouleversé ?

La réalisation d’un livre est un exercice assez solitaire et long, et dans mon cas j’en arrivais parfois à oublier qu’il allait être lu. C’est toujours agréable de voir qu’on a réussi à faire passer les émotions simplement par des dessins du texte. Tous les messages que je reçois de lecteurs sont touchants et intéressant soient parce qu’ils racontent leur propre histoire, leurs sentiments -qu’ils n’ont peut-être même pas confié à leurs amis- soit parce qu’ils ont un avis à me donner, souvent pertinent, sur l’histoire. Et s’ils n’ont pas d’avis mais simplement un message d’encouragement et de félicitation à m’adresser c’est également très touchant puisque cela signifie que le livre les a suffisamment marqué pour qu’ils prennent la peine de chercher mon adresse mail et m’envoyer un petit message 🙂

Considérez vous que Julia a été un détonateur dans votre vie, qu’elle y a ajouté davantage de sens ? en tant qu’auteur et en tant qu’homme ?

Elle a été sans aucun doute une étape importante dans ma vie et dans la vie de notre famille. Elle y a ajouté davantage de sens au même titre que ma fille aînée, l’arrivée d’un enfant étant toujours une étape importante dans la vie d’une personne. Et puis mine de rien c’est tout de même grâce à elle que j’ai réalisé ma première BD !

F.Toulmé

Retrouvez Fabien Toulmé sur son blog : ici